PREMIERS PAS…

Ma première rencontre avec le yoga remonte à une quinzaine d’année lorsque ma mère a commencé à en faire avec une amie. Je la voyais partir une fois par semaine en tenue décontractée, son tapis sous le bras, et surtout : je la voyais rentrer détendue et elle ne cessait de dire que cette activité lui faisait un bien fou. A l’époque, j’avais bien du mal à comprendre de quoi il s’agissait… L’air parfois un peu moqueuse, je l’imaginais assise en tailleur, chantonnant des om d’une voix grave entourée d’encens et de gens en sarouel.  Les clichés ont la vie dure… ! Et bien qu’ils ne soient pas tout à fait faux, il est important de préciser que le yoga, ce n’est pas QUE ça 🙂

Quelques années plus tard, je fais l’acquisition d’une Wii et d’une “Wii Board” et figurez-vous qu’il y a du yoga dans l’un des mini-jeux proposés (non non, vous ne rêvez pas, le yoga et moi, ça a commencé sur une console… Merci Nintendo). Ne connaissant absolument pas ce qu’est le yoga, je me prends au jeu quelques temps…

Je finis tout de même par laisser la Wii de coté après quelques semaines pour me mettre à reproduire les exercices “pour de vrai”. Je m’achète alors mon premier tapis (un tapis de sport absolument pas confortable), et je tente de m’y mettre régulièrement. A ce moment-là, je connais mal mon corps, je n’ai pas confiance en moi, et tout ce qui touche au développement personnel et à la spiritualité est encore un gros point d’interrogation (croyez-moi, tout cela a une importance capitale). Je fume également énormément et je suis dans une période de stress importante. Rapidement, comme j’ai du mauvais matériel, une motivation très irrégulière et que je ne fais rien en conscience, je me lasse et j’abandonne la pratique pour plusieurs années.

SECOND ROUND

Quelques années plus tard, les choses ont pas mal bougé pour moi sur tous les plans et il me prends l’envie un matin de tenter une vidéo de yoga sur Youtube. Je tombe par hasard sur la chaîne de Julie Akasha Yoga et c’est tellement une révélation que je me fixe l’objectif de faire du yoga plusieurs fois par semaine à la maison. Je m’achète un tapis (un vrai cette fois-ci !) et je m’y mets sérieusement. Il s’avère que cela me fait un bien fou tant au corps qu’à la “tête”, je me sens comme “reconnectée” à moi-même ! 

Je découvre alors peu à peu les différents types de yoga, je m’abonne à de nombreuses chaînes et surtout : je découvre toute la philosophie liée à cette discipline. Quelle bonheur ! J’ai pour la première fois le sentiment de trouver une discipline qui me correspond pleinement et je sais déjà que la pratique sera riche en enseignements. Très vite, je deviens “accro” au calme intérieur et au lien que je crée avec mon corps. L’esprit et le corps se reconnectent peu à peu et c’est je crois l’une des choses qui a le plus marqué ma vie durant les dernières années !

AU QUOTIDIEN 

Aujourd’hui, j’alterne les moment où j’ai envie de faire du yoga seule, avec pour seul objectif d’écouter ce que me réclame mon corps, et les moments où j’ai besoin d’être guidée et portée par une vidéo. Ces deux manières de faire du yoga sont souvent en lien avec mon émotivité : j’ai parfois besoin de lâcher prise, d’être à 100% avec moi-même (c’est le corps qui est aux commandes) ou à l’inverse j’ai l’envie d’explorer de nouvelles choses, d’apprendre davantage et de me renouveler (c’est l’esprit qui décide 🙂 ). Ces deux formes sont pour moi indissociables  l’une de l’autre. 

Je vais parfois passer deux semaines sans regarder une seule vidéo, parce que le besoin ne s’en fait pas sentir, que je suis “sur autre chose”. A l’inverse, je ressens parfois le besoin d’être entièrement guidée. C’est aussi ça, le yoga… Apprendre à s’écouter, à écouter ce dont on a VRAIMENT envie. Me voilà donc au dernier point que je souhaitais aborder ici : 

Ce que le yoga m’a enseigné (et m’enseigne encore !)

  • Ne plus chercher la performance. Cela paraît si simple, et c’est pourtant vecteur de tant de frustrations et d’abandons ! En yoga, aucune posture n’est parfaite en soi, elle devient parfaite lorsqu’elle l’est pour soi et qu’elle nous procure du bien-être. Quel bonheur de se délester de cette idée de performance au profit d’un bien-être de qualité. 
  • S’écouter VRAIMENT. Alors ça, j’étais la spécialiste pour ne pas les écouter, mon corps et ma tête ! J’avais pourtant de nombreuses tensions ici et là, mais je ne m’en rendait tout simplement pas compte avant…  Lorsque l’on n’est pas connecté à soi-même, on finit par ne plus sentir ce qui fait mal, cela devient habituel. Le yoga m’a aidé à changer cela : aujourd’hui, j’identifie plus facilement les petits tensions quotidiennes, qu’elles soient psychologiques (stress, ruminations) ou physiques (tensions musculaires et autres). Mais le plus génial, c’est que je sais comment m’aider à me sentir mieux. A force de pratique, je sais quels postures me soulagent sur telle ou telle tension, et ça n’a l’air de rien, mais c’est un véritable trésor au quotidien. 
  • Apprendre à respirer. Mais qu’est-ce qu’elle nous raconte celle-là ? Tout le monde sait respirer ! Eh bien, ce n’est en réalité pas si simple. La respiration est effectivement un mouvement instinctif qu’on fait tous naturellement. En yoga, il est question de respirer au rythme des postures et des enchaînements : c’est là que ça se corse et c’est à ce moment précis que je me suis rendue compte que je ne savais pas respirer… ! Le fait de travailler cela au quotidien m’a permis d’être plus calme, plus apaisée, et d’avoir plus de facilité à prendre du recul sur les événements quotidiens qui peuvent nous mettre parfois les nerfs à vif !  
Les “derrières” du shooting par Marlon !

Si vous aussi vous aimez le yoga, que vous avez des questions, des expériences à partager, je serai ravie d’y répondre en commentaire 🙂 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *